PENSÉES RAPIDES : arrivée dans une nouvelle ville et amitié.

PENSÉES RAPIDES : arrivée dans une nouvelle ville et amitié.

PENSÉES RAPIDES : arrivée dans une nouvelle ville et amitié.
Des personnes peu connues peuvent avoir un sentiment envers nous qui ressemble à de l'amitié. Cela arrive si vous partagez des lectures, des pensées, des actions de la vie quotidienne, ou lorsque vous allez au centre d'une ville pour la première fois et jetez un coup d'œil à qui vous rencontrez en pensant que vous les verrez encore, quelque part là -bas , au café, dans le restaurant. Dans toutes les villes il y a des endroits qui attirent plus que d'autres et on rencontre vraiment tout le monde. Même Rome si pleine de monde, après deux heures du matin, dans certains endroits, il y a presque toujours les mêmes visages. Parfois, vous marchez le long d'un chemin et quelqu'un vous surprend avec un hochement de tête, un sourire, un bonjour. On se réjouit, on se sent flatté et rassuré. A la manière de saluer on reconnaît les coutumes locales, et on comprend les différences entre des habitants apparemment homogènes, mais qui utilisent une langue différente même d'un quartier à l'autre, d'un quartier au quartier voisin. Il en vient souvent à s'attarder sur la pensée de l'ami encore inconnu. Certains que vous reconnaissez comme des amis même si vous ne les reverrez jamais. Quand pour la première fois j'arrive dans un pays ou une ville que je n'ai jamais vu, je pense à celui qui se comportera comme un ami durant mon séjour. Je dois admettre que nous nous sentons affligés lorsque nous n'avons pas d'amis ou au moins de visages connus qui nous attendent. Puis les pensées passent et nous sommes aspirés par nos engagements. La dernière fois à Venise, je me suis senti comme un mendiant d'amitié, un étranger qui n'ose pas tendre la main, il ressentait fortement l'absence de voix qui se parlent ou se saluent, mais l'amitié se connaît, elle ne se supplie pas ou ça vient ou ça ne vient pas. C'est comme ça. Aujourd'hui Florence semblait vous aspirer entre habitants et touristes qui créent un mélange poussiéreux et coloré qui s'installe sans trop de conviction. Dans ces rues caillouteuses, il semble y avoir des fragments de tous les mondes connus, mais l'amitié n'est pas encore là, elle se cache certainement dans un coin, dans une boulangerie, dans la file d'attente à l'entrée des Offices, près du David, peut-être a été poussé par des passants. Je peux l'attendre longtemps, et il ne me décevra pas, il arrivera d'un coup comme toujours, impétueux ou espiègle, surprenant comme lui seul peut le faire. Florence


3jpeg4jpeg2jpeg